Recherches et études menées par Mission Bocage

Depuis sa création, Mission Bocage n’a eu de cesse d’innover et d’être force de proposition sur la thématique de l’arbre et de la haie champêtre. Dans ce cadre, Mission Bocage est sollicité et participe à de nombreux projets de recherche et de développement, que ce soit à l’échelle nationale comme locale !

Projet CASDAR* 2009-2011 : Améliorer l’efficacité agro-écologique des systèmes agroforestiers

Un projet pour faire quoi? Créer des outils d’évaluation et de suivi des aménagements agroforestiers, et améliorer leur efficacité biologique.
Ce projet est axé autour de 5 groupes de travail : Biodiversité, Eau, Sol, Biomasse et réglementation.

Et Mission Bocage dans tout ça ? Mission Bocage a travaillé sur la thématique Biomasse qui se focalisait sur les potentialités offertes par l’agroforesterie pour la production de biomasse à des fins énergétiques. Plus précisément, Mission Bocage a réalisé des relevés sur 333 arbres têtards pour chiffrer leur productivité et proposer des possibilités d’optimisation. Détails des échantillons et du contexte :

  • 138 Chênes
  • 188 Frênes
  • 7 arbres d’autres essences
  • 11 sites
  • 18 Critères
Arbre têtard ébranché

Arbre têtard de haie très productif

Quels résultats ? L’étude permet de démontrer que la conduite en têtard des arbres est une pratique qui reste une forme très productive et compétitive. Ramené à l’hectare, des Frênes conduits en têtards sont deux fois plus productifs que des Taillis à très courte rotation (TTCR) d’Acacia !

 Partenariats : coordination par la Chambre d’Agriculture des Deux-Sèvres. Plus de 19 organismes partenaires dont INRA Montpellier, Agroof Développement, Groupe de Recherche en Agriculture Biologique, Arbre et Paysage 32, etc

*CASDAR : le compte d’affectation spéciale « développement agricole et rural  permet de financer le programme national de développement agricole piloté par le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire.

* Pour tout savoir sur le têtard, consultez notre Bocage Info n°10

Evaluation du potentiel de capture carbone du territoire du Pays des Mauges

Février 2012

Un projet pour faire quoi?

L’étude présentée a été réalisée à l’initiative du CPIE Loire et Mauges et du Pays Vallée de la Sarthe, afin d’évaluer le potentiel de stockage de carbone des haies bocagères et des forêts de leurs territoires respectifs. Cette réflexion approfondie découle des travaux menés sur l’énergie et le changement climatique dans le cadre d’un Plan Climat Energie Territorial. Cette démarche a été financée notamment grâce au programme LEADER et à l’ADEME.

Et Mission Bocage dans tout ça ? En l’absence d’outil existant suffisamment précis pour évaluer le potentiel de séquestration carbone des haies, il a fallu innover ! Mission Bocage en partenariat avec la Chambre d’agriculture de la Sarthe ont ainsi élaboré une méthodologie d’évaluation basée sur une analyse paysagère des territoires, des relevés terrains du bocage, un cubage des haies…et ont mobilisé les travaux de recherche existants.

Quels résultats ?

Pour le territoire des Mauges, chaque année, les haies et arbres champêtres stockent  72 milliers de Tonnes équivalents CO2, ce qui »compense » environ 10%  des émissions de l’agriculture sur territoire des Mauges (source : Plan Climat Mauges, 2007).

L’étude a permis de chiffrer concrètement les pistes d’actions possibles sont envisageables pour accroître le stockage de carbone des haies :

  • Intensifier les initiatives de plantation bocagère : Planter 1 km de haies bocagères, c’est stocker plus de 770 tonnes équivalents CO2 sur 100 ans
  • Promouvoir l’agroforesterie intraparcellaire : 1 parcelle de 10 ha d’agroforesterie à raison de 70 arbres par hectare, c’est 77 tonnes équivalents CO2 stockées par an (Dupraz, 2005).
  • Donner une place à l’arbre dans les labels et signes de qualité

De façon générale, il s’agirait pour les territoires de :

  • Mieux conduire pour produire plus grâce à la mise en place de plans de gestions du bocage et/ou forestiers : arrêter la taille sommitale d’une haie basse, c’est doubler le CO2 stocké tous les ans !
  • Favoriser l’utilisation locale du bois, prioritairement en bois d’oeuvre local, puis en bois énergie. Ceci permettra de renforcer les débouchés pour les exploitants, et ainsi encourager la gestion, tout en minimisant le bilan carbone des produits bois ;
  • Etudier la mise en place un « marché carbone » sans oublier qu’avant de compenser ses émissions en stockant, il faut d’abord les réduire.

Partenariats : CPIE Loire et Mauges, Pays Vallée de la Sarthe , ADEME, CNPF, Chambre d’agriculture de la Sarthe

Télécharger la synthèse de l’étude

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]