Les dernières actualités

Aucun aperçu disponible
La pêche de vigne se conjugue au pluriel...
Dans le cadre de nos recherches permanentes sur les fruitiers oubliés, Mission Bocage vient de faire[...]
La filière Végétal Local : développement et nouvelles perspectives...
Engagement de Mission Bocage dans la démarche  végétaux d’origine locale De plus, depuis 10 ans, la[...]
haie bord de route
Journée d'échange sur la gestion de haies de bord de route...
En partenariat avec d’autres structures exerçant le rôle de relai bois énergie dans la région, Missi[...]
planter haie bocage
Comment planter des haies bocagères avec subventions ?...
Protection des troupeaux, préservation des sols, production de bois d’œuvre et de chauffage, habitat[...]
S’abonner à notre newsletter

Vous êtes :

Mission Bocage est membre du réseau Afac-Agroforesteries Afac Agroforesteries
Vous êtes ici : Mission Bocage, arbres et haies champêtres > Actualités > L’agroforesterie intraparcellaire s’installe dans le Baugeois

L’agroforesterie intraparcellaire trace ses premières lignes dans le Baugeois, dans le Nord du Maine-et-Loire. Mission Bocage encadrait la plantation du premier projet d’agroforesterie intraparcellaire au delà de son périmètre historique des Mauges et du Choletais. L’Anjou devient un territoire moteur en la matière, et s’inscrit parmi les plus volontaires du pays. C’est un signal positif pour un département qui se veut à la pointe de l’économie du végétal, à l’échelle du monde entier. En ce sens, le développement de l’agroforesterie trouve un sens certain.

La plantation s’est tenue le mercredi 6 janvier dernier, entre les communes de Lué-en-Baugeois et de Fontaine-Millon. Le projet en question s’étend sur une surface 10 ha, pour 498 arbres. Son originalité tient au fait que les arbres ont tous été plantés en double. Dans quelques années, le meilleur arbre sera conservé pour un total définitif de 249 arbres.

Jean-Pierre Beaudouin, agriculteur et maire de la commune de Chaumont d’Anjou, s’est lancé dans la démarche pour deux raisons. La première est de maîtriser les pics de température dans la parcelle, afin de limiter l’échaudage du blé. La deuxième concerne la production de bois d’oeuvre.

Afin de planter dans les meilleures conditions possible, 33 bénévoles-planteurs ont répondu à l’appel.  Nous avons accueilli une classe de la MFR de Chemillé, ce qui a permis à ses élèves de mettre le pied à l’étrier dans un projet agro-écologique novateur. Au final, une journée de plantation particulièrement animée et efficace, qui a permis de nombreux échanges constructifs.

agroforesterie élèves mfr

La plantation est une activité agréable, utile à tous.